Les risques liés à la diversification alimentaire pour bébé

Ça y est ! Petit bébé est en train de devenir grand et l’incroyable moment de la diversification alimentaire est arrivé ! Si ce moment est riche en expériences et qu’il représente un moment fort de l’évolution de bébé. Il n’est pas sans danger pour autant. Alors, quels sont les risques liés à la diversification alimentaire pour bébé, à éviter à tout prix ? On fait le point.

Les 4 risques liés à la diversification alimentaire majeurs

L’étouffement

L’un des risques liés à la diversification alimentaire les plus fréquents.

Avec l’arrivée de nouveaux aliments, c’est aussi l’arrivée d’aliments plus solides. Ouvrez donc particulièrement l’oeil lorsque vous offrez à bébé de petits aliments solides tels que les carottes râpées ou encore les raisins par exemple.
Attention aussi aux arêtes dans le poisson, aux petits os dans le poulet ou encore à la peau des saucisses. Otez TOUT ce qui pourrait représenter un risque de suffocation pour bébé.

Le manque de nutriments

Et cela est, cette fois, principalement lié au timing. En effet, le moment auquel la diversification alimentaire de bébé commencera aura un impact sur sa santé. Il est donc capital de ne pas commencer l’étape de diversification trop tôt, sans pour autant la commencer trop tard non plus.

Lorsque la diversification alimentaire de bébé commence trop tôt, le risque de carence en nutriments importants, naturellement présents dans le lait maternel ou dans les préparations spécialement conçues pour les nourrissons est réel.

Mais attention, si vous donnez des aliments solides trop tard aux petits, alors, vous les exposez notamment cette fois, à de potentielles carences en micro nutriments ou encore à des régimes alimentaires plus pauvres.

Le risque d’allergie

L’introduction de nouveaux aliments, dit aussi risque potentiel d’allergies. Aussi, soyez très vigilantes et tâchez de ne présenter qu’un nouvel aliment à la fois à bébé afin de pouvoir rapidement détecter si celui-ci donne lieu à une éventuelle réaction. Si c’est le cas, signalez-le bien entendu au plus vite aux parents et invitez-les à prendre conseil auprès d’un médecin.

Le risque de contamination plus élevé lors du passage à la diversification alimentaire

Enfin, la première étape de la sécurité alimentaire de bébé c’est bien l’hygiène. En effet, la cuisine peut se révéler être un véritable nid à microbes ! Aussi, afin d’éviter tout risque de contamination à l’heure de la diversification alimentaire, assurez-vous bien de respecter toutes ces règles d’hygiène alimentaire.

Les aliments à éviter pour réduire les risques lors de la diversification alimentaire

Dans l’ensemble, nous l’avons vu, il est surtout important de ne commencer la diversification alimentaire, ni trop tôt, ni trop tard, de veiller à procéder en douceur et avec une extrême prudence en ne négligeant, à aucun moment vigilance et hygiène. Enfin, assurez-vous également que bébé continue de profiter de 500ml de lait infantile chaque jour jusqu’à un an.

Cela étant dit, nous vous recommanderons d’éviter certains aliments dans les premiers mois de diversifications afin de maximiser la sécurité de bébé durant cette étape charnière très importante et d’éviter un maximum tous les risques liés à la diversification alimentaire.

  • Le miel

Bien que réputé bon pour la santé, le miel est susceptible de contenir une bactérie pouvant contaminer le jeune enfant. Pas de miel donc avant 1 an.

  • Le sel

Les cubes de bouillons, sont aussi à proscrire. N’en ajoutez jamais aux préparations des tout-petits qui en contiennent déjà naturellement plus que ce à quoi ils étaient habitués jusqu’alors.

  • Le sucre

Mauvais pour les dents ou encore l’humeur et le caractère, il n’est d’aucune utilité de rajouter du sucre aux préparations destinées aux bébés.

  • Les noix entières et autres allergènes

Entre risques de suffocation et de réactions allergiques, certains aliments comme les noix, le lait de vache, les oeufs, les crustacés etc. sont à bannir avant 6 mois, à surveiller de près après, et à proposer toujours un par un et sans risque d’étouffement (noix concassées / mixées uniquement par exemple).

  • Le gluten

Susceptible de favoriser l’apparition de maladies coeliaques, les farines données avant l’âge de 6 mois, doivent impérativement être diastasées, instantanées, non sucrées et sans gluten.

Les risques liés à la diversification alimentaire sont réels et il est important d’aborder cette fabuleuse étape de la vie de bébé avec beaucoup de précautions et vigilance.