Maux de dos des assistantes maternelles

Alors que tout est fait pour que le soin et l’attention portés à l’enfant soient les meilleurs possibles, force est de constater que les mesures pour prendre soin des professionnels, sont bien moins présentes. Pourtant, la souffrance physique que ressentent de plus en plus d’acteurs du secteur de la petite enfance est réelle et croissante ! Zoom sur les maux de dos des assistantes maternelles et les recommandations pour les éviter.

Le corps de l’adulte en souffrance

Alors que le nombre d’arrêts maladie pour maux de dos des assistantes maternelles ne fait qu’augmenter, la nécessité de se pencher sur le confort de l’adulte au sein d’un secteur qui doit regagner en attractivité est désormais urgente.

En effet, alors que cela fait plusieurs décennies que toute l’attention est portée sur le bien-être de l’enfant gardé, le confort d’exercice des assistantes maternelles a, lui, été sérieusement délaissé.

Mais, pourquoi les assistantes maternelles souffrent tant de douleurs de dorsales et surtout, pourquoi cette souffrance n’a pas été mieux prise en compte jusqu’à aujourd’hui ?

Il existe, en réalité, deux explications à cela.

La première cest le fait que le poids des enfants de 0 à 3 a été tout à fait nié dans la prise en compte du risque physique que représente le fait de soccuper de tout-petits toute la journée.

En effet, en France, la médecine du travail considère que les femmes (qui sont majoritaires dans la profession), peuvent porter jusqu’à 25kg sans danger. Ainsi, comme les enfants de moins de 3 ans, pèsent moins de 25kg, elles ne risquent pas, toujours selon la médecine du travail, d’accidents rachidiens.

La deuxième, cest le fait que la durée des carrières des assistantes maternelles ne va pas à en samenuisant.

Seulement voilà ! La problématique qui se pose ici, n’a pas directement à voir avec le poids du petit en tant que tel, mais plutôt avec le fait que les gestes de soulèvement, de portage… soient répétés plusieurs fois par jour pendant 43 ans (durée de la vie professionnelle actuelle des assistantes maternelles jusqu’à la retraite).

En d’autres termes, si aucune amélioration n’est apportée aux conditions d’exercice du métier d’Assistante Maternelle, et donc à la protection du corps des professionnelles, alors, ce secteur qui peine d’ores et déjà à se renouveler risque de souffrir encore plus : arrêt maladie jusqu’en fin de carrière, absentéisme, souffrances pouvant entraîner le burn-out, etc.

Que faire pour diminuer les maux de dos des assistantes maternelles ?

Mais alors, que faire pour tenter d’enrayer cette problématique très sérieuse et, finalement, améliorer les conditions de travail des assistantes maternelles et leur santé ?

En priorité, il est urgent de :

  • Agir sur les structures d’accueil

Si vous travaillez en MAM par exemple, veillez à ce que votre structure vous permette à vous aussi, de vous reposer, d’être à l’aise dans vos mouvements, etc.

  • Adapter les équipements utilisés quotidiennement

En permettant systématiquement l’ajout de roulettes sur le matériel qui doit fréquemment être déplacé (sans qu’il ne s’agisse d’une option entraînant un surcoût), en facilitant la manipulation des enfants (quid du lit à barreaux par exemple), etc.

  • Se former pour prévenir un maximum les maux de dos des assistantes maternelles

Enfin bien sûr, l’importance d’être formée pour adopter les bons gestes va sans dire !

Pour cela, il serait donc important que les formateurs puissent répondre à un certain nombre de critères qualité afin d’uniformiser le niveau d’informations partagées lors de ces formations.

Par ailleurs, ces formations devraient englober différents niveaux d’information afin de vous permettre de connaître et de comprendre le fonctionnement de votre colonne vertébrale et la manière dont elle peut se retrouver affectée au fil du temps. Mais aussi de vous enseigner la meilleure façon d’en protéger sa bonne santé à travers notamment, l’enseignement des bonnes postures à adopter, par exemple, pour éviter un maximum les maux de dos des assistantes maternelles.